[fusion_builder_container hundred_percent= »no » equal_height_columns= »no » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » background_position= »center center » background_repeat= »no-repeat » fade= »no » background_parallax= »none » parallax_speed= »0.3″ video_aspect_ratio= »16:9″ video_loop= »yes » video_mute= »yes » border_style= »solid »][fusion_builder_row][fusion_builder_column type= »1_1″ layout= »1_1″ background_position= »left top » background_color= » » border_size= » » border_color= » » border_style= »solid » border_position= »all » spacing= »yes » background_image= » » background_repeat= »no-repeat » padding= » » margin_top= »0px » margin_bottom= »0px » class= » » id= » » animation_type= » » animation_speed= »0.3″ animation_direction= »left » hide_on_mobile= »small-visibility,medium-visibility,large-visibility » center_content= »no » last= »no » min_height= » » hover_type= »none » link= » »][fusion_text]

D’où vient la méthode des 3i ?

De l’expérience réussie avec un enfant de 3 ans, autiste sévère, confortée par de nombreux résultats positifs semblables dont témoignent les parents et les enfants eux-mêmes.
D’une approche américaine « Sonrise », fondée sur le jeu enrichie de l’expérience sur plus de 500 enfants depuis 2004.
de l’observation de l’évolution développementale des enfants 3i: reprise du développement manqué tant sensoriel que moteur ou de la communication: leur corps a grandi avec des outils de bébé, drame des autistes et sans doute cause du repli sur eux.

Les Fondements des 3i

Grâce aux découvertes récentes sur la plasticité cérébrale de 0 à 100 ans montrant la possibilité de rétablir les connexions cérébrales déficientes à tout âge de la vie, donc de réparer le cerveau, cette méthode repose sur:

  • les vertus de l’imitation de l’enfant qui permet de le rejoindre et d’entrer en contact donc de communiquer en interaction.
  • le rôle du cortisol lié au stress et à l’angoisse qui bloque les connexions neuronales donc le développement: dès les 1ères semaines de jeu 3i, les angoisses diminuent et l’apaisement est manifeste (arrêt des calmants ou sommeil retrouvé pour beaucoup) grâce au cocon sensoriel qu’est la salle de jeu et la présence permanente d’une personne qui  évacue le stress d’être seul dans un monde sans repères.
  • les dysfonctionnements et retards sensoriels exprimés par les autistes eux-mêmes  (sensoriel de nourrisson dans un corps qui grandit) et par des chercheurs comme expliquant en grande partie le repli autistique.
  • la présence des réflexes primitifs liés au retard de développement qu’est l’autisme (Mc Maisonneuve « Papa, maman, j’y arrive pas ») qui bloquent entre autres l’évolution sensorielle ou la coordination oculo-motrice les rendant « dyspraxiques » et qui maintiennent  leurs réflexes de bébé ( succion…).

Les Caractéristiques de la méthode 3i

Jeu individuel
Seul à seul, avec un intervenant aimant l’enfant, gai et enthousiaste, bien formé à la méthode des 3i, supervisé par une psychologue 3i (séances filmées, analysées et réunions mensuelles de formation continue).
Jeu intensif
Du lever au coucher, jusqu’à 7 jours sur 7, en respectant son rythme (sieste, récréation) les parents adoptent cette attitude ludique dans le quotidien et sont relayés de 8h à 17h par des intervenants enthousiastes (bénévoles ou non) dans la salle de jeu: 6 heures de séances en salle de jeu par jour (4 pour les moins de 3 ans) dans la phase 1 de la méthode avec des temps de récréation extérieure. Dans les phases 2 et 3 de la méthode, le temps en salle de jeu diminue progressivement au profit de séances extérieures et d’ateliers peu à peu scolaires et l’école par étapes.

Jeu interactif
Le but du  jeu est d’échanger avec l’enfant car l’échange est le support essentiel du développement du petit enfant et non l’apprentissage de connaissances et de savoir-faire. Pour établir l’échange, il faut d’abord créer le contact en le rejoignant dans son monde en faisant comme lui avec le même plaisir que lui.  Par ex : s’il fait de la pâte à modeler, l’intervenant fait aussi de la pâte à modeler avec le même plaisir que lui, pour créer d’abord le contact rendant alors l’interaction possible. L’important n’est pas de savoir la rouler et l’aplatir, mais de capter le regard de l’enfant avant d’enrichir le jeu et amorcer un échange gestuel et verbal.
Les connaissances et les savoir-faire suivront naturellement en phase 2 et 3 avec l’organisation d’ateliers Montessori ou scolaires.

Les Objectifs des 3i

  • Reprendre le développement bloqué ou retardé par le dysfonctionnement neuronal dès la naissance tant sensoriel que moteur, de communication ou de conscience à des degrés variables d’un autiste à l’autre (spectre autistique).
  • L’amener par étapes  à une vie scolaire ou sociale normale ou la plus autonome possible et éviter la mise en institution à vie. Cela, quelle que soit la forme ou niveau  de TED  ou quel que soit l’âge (2 à 30 ans) ; Le temps varie d’un enfant à l’autre en fonction du stade de développement initial, de l’intensité de la méthode, du climat familial, de la présence de troubles moteurs ou épileptiques graves.
  • Adapter son planning et ses activités tout au long des 3 phases développementales de la méthode.

Les 3 phases de la méthode des 3i

Stade 1 : niveau de développement (0 à 18 mois) :

  • phase de l’éveil de la conscience et de la communication et des progrès moteurs
    salle de jeu 6h par jour, jeux sensori-moteurs.

Stade 2 : niveau de développement (18 mois à 3 ans ) :

  • phase de la prise de conscience et de la découverte du monde – moins de séances en salle
  • phase de la socialisation – jeux avec d’autres enfants, invitations chez ses intervenants
  • phase de la symbolique et du langage: ateliers Montessori « vie pratique et sensorielle »

Stade 3 : niveau de développement (3 ans et plus) :

  • Présence quasi permanente, langage acquis, et désir d’apprentissages. Retour progressif aux groupes collectifs, aux apprentissages scolaires à la maison ou à l’école et à une vie normale, associé à des séances de jeu 3i.

Les supports des 3i
Une ambiance ludique, gaie, enthousiaste du lever au coucher.
Il faut tout transformer en jeu et s’amuser sans aucune attente comme avec un tout petit, en partant toujours de ses centres d’intérêts. On le rejoint dans son monde tout doucement par l’affection, la tendresse  pour l’amener peu à peu au nôtre. On l’encourage souvent.  Pas de cris, ni brimades ni forcing : on le suit et on lui laisse du répit, on respecte son rythme.
Un planning régulier avec le moins de changements possibles, incluant des récréations. Ce planning évolue au fil des 3  phases.
Un cadre adapté : la salle de jeu
Cocon sensoriel (qui peut être sa chambre réaménagée), à l’écart des souffrances ou des plaisirs sensoriels qui l’enferment et le replient : lumière tamisée, sol insonorisé, peu d’objets étalés en hauteur et en double, jeux moteurs comme le toboggan ou le hamac, une table, 2 chaises et un coin repos.
Une équipe d’intervenants bénévoles soudés et bien formés :
une  réunion bilan toutes les 6 semaines qui permet l’évaluation, la définition des objectifs.
Une supervision par une psychologue agréée 3i après une formation solide, théorique et sur le terrain.
Séances de jeu, analyse des vidéos de séances, animation et compte rendu des réunions, évaluations, conseils aux parents et aux intervenants, compte rendus.
L’implication des parents dans le suivi individuel de l’enfant et dans la coordination de l’équipe des intervenants.
La cohérence de la prise en charge
Application de l’approche des 3i par tous les intervenants, même par les professionnels associés dans le planning : orthophoniste, psychomotricien, psychologue…
Pas de mélange avec d’autres méthodes qui ralentissent l’éveil en créant des angoisses et de la fatigue qui nuisent au développement.[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]